À rebours des systèmes: esthétiques du chaos-monde et de la chaosmose chez Édouard Glissant et Félix Guattari

22 Aug 2017

This article aims to unravel the anti-systematic components of Glissantian thought, which revolves around the notion of chaos-monde. It draws on a wide selection of Glissant's writings, including his lesser-known work of ethno-poetics and eco-poetics, 'Le risque total est de l'enfermement et de la fixité', published in Esthétiques du pire (2011). After staking out the key elements of the chaos-monde, the article will turn to Félix Guattari, whose seminal work Chaosmosis will be shown to be a crucial missing link that helps place Glissant's aesthetics of chaos in its political and historical context. In keeping with the Glissantian poetics of Relation, the two thinkers will be brought into dialogue, eliciting a politics of friendship that will shed new light on their respective takes on beauty and aesthetics. French Cet article retrace les composantes anti-systématiques de la pensée glissantienne, qui prend son inspiration dans ce que Glissant appelle le chaos-monde. Pour ce faire, nous puiserons dans la diversité de ses écrits, mais surtout dans le texte d'éco-esthétique et d'ethno-poétique 'Le risque total est de l'enfermement et de la fixité' dans Esthétiques du pire (2011). Une fois posés les jalons du chaos-monde glissantien, nous ferons intervenir la figure de Félix Guattari et sa théorisation révélée dans Chaosmose, qui apparait comme essentielle pour replacer cette notion de chaos dans son contexte poético-historique. Ce sont non seulement ces deux univers théoriques et esthétiques qui seront mis en relation dans cet article, mais aussi une certaine politique de l'amitié, dont le modèle pourrait ouvrir une nouvelle approche de chacun de ces penseurs fondamentaux.